Question

Monsieur Arcand,

Je suis un barreau 2007 et je pratique en cabinet depuis mes débuts. Je désire avoir de la stabilité au niveau professionnel et je me dis que je devrais aller en entreprise afin d’y passer une bonne partie de ma carrière. Est-ce que j’ai raison de penser cela ?

Réponse

Cher lecteur,

J’ai bien peur que votre perception ne soit erronée, car il est faux de prétendre que le fait de travailler en entreprise apporte plus de stabilité d’emploi. Pour être plus précis, je dirais que le fait de travailler en entreprise amène souvent une relative stabilité dans la charge de travail, ainsi que dans la nature du travail, mais pas à l’égard de l’emploi en tant que tel. En entreprise, Il y a aura moins d’urgences parce que moins de clients, et vous serez moins souvent à l’extérieur de votre zone de confort, parce que votre seul client aura presque toujours le même type d’activités commerciales. Ceci étant dit, il y aura quand même une part d’imprévus et d’urgences, certains emplois en entreprise pouvant parfois être plus stressants que ceux de la pratique privée. Donc, oui vous pourrez vous sentir confortable et beaucoup passeront de nombreuses années au sein d’une même entreprise ; mais on peut en dire autant de la pratique privée.

Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
J’irais même plus loin en affirmant que si on compare la pratique privée et la pratique en entreprise, il y a une plus grande stabilité d’emploi en pratique privée. En effet, je considère la stabilité d’emploi comme le fait d’avoir un emploi assuré mais pas nécessairement toujours le même emploi pour le même employeur, le but recherché indirectement étant d’avoir un revenu stable. Sur ce point, après une quinzaine d’années en pratique privée, les juristes ont, pour la plupart, développé une clientèle qui leur permettra de gagner leur vie de façon respectable. Il y aura probablement des fluctuations au niveau des revenus annuels, en particulier si vous œuvrez en petit cabinet, mais revenu il y aura. Vous vous joindrez peut-être à une nouvelle équipe ou partirez peut-être en pratique solo, mais vous conserverez sensiblement les mêmes clients et la même pratique. À moins de n’avoir qu’un seul client ou de commettre un suicide professionnel, vous ne perdrez jamais tous vos clients d’un seul coup.

En entreprise, vous êtes à la remorque de cycles économiques, de décisions administratives, de fusions et acquisitions et d’une multitude d’autres facteurs. Indépendamment de votre rendement, vous pouvez théoriquement vous retrouver sans emploi du jour au lendemain. Vous aurez probablement un parachute et pourrez vous trouver autre choses, cependant, plus vous serez avancés dans votre carrière, plus cela il vous sera difficile de vous replacer. À plus forte raison si vous occupiez un poste de gestionnaire, car moins d’opportunités se présenteront. Dans le fond, c’est le processus inverse de la pratique privée qui offre plus de stabilité ou d’opportunités, lorsqu’on gagne en expérience et en clientèle.

Vous recherchez une réelle stabilité professionnelle ? Il n’y a plus beaucoup de situations qui offrent cet avantage, hormis celle qui est d’œuvrer pour le gouvernement sous ses différentes formes. Il est plus difficile qu’avant d’obtenir une permanence et il faudra vous satisfaire de contrats renouvelables pendant quelques années, mais en bout de piste vous atteindrez probablement le Saint-Graal de la stabilité ; soit un poste permanent dans la fonction publique. J’entends les gens me dire que ce n’est plus vrai… Je réponds que c’est vrai, que ce n’est plus aussi stable qu’avant, mais que cela reste toujours plus stable qu’ailleurs.

J’espère avoir répondu à votre question et je me permettrai d’ajouter encore ceci : voulez-vous d’un emploi stable dans lequel vous vous ennuierez ? J’espère que non. Alors trouver un emploi que vous aimez est encore la meilleure façon de le garder. Il n’y a aucune certitude mais si l’avenir vous stresse, dites-vous que je vois beaucoup de gens un peu désespérés parce qu’ils doivent involontairement réorienter leur carrière. Deux années plus tard ils me disent que c’est la meilleure chose qui leur soit arrivée. La stabilité n’équivaut pas au bonheur pour tous.

Bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Me Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.